Comptes-rendus de sorties

Cigognes de passage à Saône

                                                                                                                                                                                                                                                                

Une observation de Jean Noël, lui aussi de passage dans le Jura, a fait l'objet de l'article ci-dessous dans le journal local L'EST REPUBLICAIN le 15 juin :

 

Les cigognes sont de passage à Saône
Ornithologue amateur et membre de la Ligue de protection des oiseaux (LPO), Jean-Noël Gauthier nous explique le fabuleux voyage annuel de ces oiseaux migrateurs.

 

Il nous explique, avec cette belle photo, le fabuleux voyage annuel de ces oiseaux. « La cigogne blanche (Ciconia ciconia) est un oiseau migrateur. Les populations de l’Europe de l’Ouest choisissent de regagner l’Afrique par le détroit de Gibraltar, celles de l’Europe de l’Est par le détroit du Bosphore », détaille-t-il.

Deux routes migratrices

En France, les cigognes suivent deux routes migratrices distinctes : « Notre région est concernée par les individus nichant en Hollande, en Allemagne, en Belgique et en Suisse. Et bien entendu, celles nichant dans l’Est de la France dont la Franche-Comté ». Après avoir traversé la Franche-Comté, les cigognes vont suivre le couloir rhodanien, franchir les Pyrénées à son extrémité catalane pour rejoindre Gibraltar au sud de l’Espagne. « Celles installées dans l’ouest longeront la façade atlantique, le Pays basque pour rejoindre leurs congénères à Gibraltar », complète Jean-Noël.

De plus en plus présentes l'hiver
De plus en plus de cigognes ont raccourci leur trajet migratoire et hivernent en Espagne. « Plus étonnant désormais », note le bénévole de la LPO, « des observations régulières sont effectuées en France chaque hiver. Des comportements évolutifs probablement liés à des hivers de moins en moins rigoureux et à l’évolution des ressources alimentaires ».

En forte croissance grâce aux mesures de protection

Cette espèce, après avoir été fortement en danger dans la deuxième moitié du XXe  siècle, connaît une forte croissance depuis les années 2000 et étend son aire géographique de répartition. « Cela a été possible grâce à des mesures de protection de l’espèce, de restaurations de milieux et d’arrêt d’utilisation de certains pesticides », explique Jean-Noël.
« Migrateur au long cours, la cigogne blanche recherche les ascendants thermiques pour se déplacer et parcourir plusieurs centaines de kilomètres par jour. Nos deux individus observés à Saône ont donc probablement été contraints à l’arrêt suite aux conditions météorologiques de ces derniers jours. Ce sera l’occasion de se reposer et surtout de se restaurer en attendant une météo plus favorable. Difficile de savoir quelle sera leur prochaine destination… Peut-être choisiront-ils la Franche-Comté pour se reproduire, comme les 39 couples ayant niché dans l’ex-région en 2019 ».

Signalez vos observations à la LPO
Le signalement de vos observations sera très utile à la Ligue de protection des oiseaux Franche-Comté pour étudier et suivre l’évolution de cet oiseau si symbolique.
Contact : http://franche-comte.lpo.fr/ ; téléphone : 03.81.50.43.10.

Photo Jean Noël Gauthier