Suivi et sauvegarde

DU BON USAGE DES CAISSES A VIN OU... COMMENT AIDER LES CHAUVES-SOURIS.


 


Nous savions déjà, grâce aux indications de Jean-Noël (cf article "Nichoirs à oiseaux avec matériaux recyclés", août 2011) que les caissettes en bois servant à conditionner les bouteilles de vins pouvaient connaître une deuxième vie... En voici un nouvel usage que j'ai découvert, lors de ma visite à Bourges.

Le Muséum d'Histoire Naturelle de Bourges, est devenu, grâce à la passion combinée de Michèle Lemaire, conservatrice, et de Laurent Arthur, conservateur adjoint, un centre incontournable de tous ceux qui étudient, s'intéressent et/ou aiment ces petites bêtes que sont les chauves-souris.

Des boites adaptées au chauves-souris

 

Depuis 20 ans y fonctionne un petit centre de soins. Et c'est là où nous retrouvons nos fameuses caisses à vin, qui avec un peu de bricolage, se transforment en boites d'accueil des chiroptères. Notez sur les photos les trappes coulissantes et les parois rainurées ou engrillagées pour permettre l'accrochage des chauves-souris ; un petit gite accroché à la paroi et une coupelle pour l'eau complètent l'aménagement.

 


Boite du Murin de Bechstein


 La taille de la boite est adaptée à la longueur du séjour : plus celui-ci sera long, plus la boite sera grande...


Boite de la Sérotine


Le bois s'avère très résistant (Laurent me montre une boite ayant servi 15 ans et toujours opérationnelle) et facile d'entretien. Un nettoyage quotidien est nécessaire, cela permet de surveiller la présence éventuelle de parasites, qui seront le cas échéant traités ; un récurage plus poussé au jet d'eau et au savon complète le dispositif mensuellement.

 

Un petit pensionnaire


Murin de Bechstein


Le dernier arrivé  dans le centre de soin est un Murin de Bechstein (Myotis bechsteinii).  Le 13 juin, un camionneur l'a retrouvé accroché à la calandre du camion, lorsqu'il nettoyait celui-ci après son voyage Lyon-Bourges. L'animal a une aile endommagée,  très stressé, refusant de se nourrir seul, il a été gavé les deux premiers jours. Et puis, l'énergie revenant, un soir, son repas (2 grillons et 1 ver de farine) a été mis directement dans la boite, et au matin : plus rien ! signe que l'aptitude à se nourrir seul, donc à vivre revient. Reste à voir comment va évoluer l'aile.

 

Un sacerdoce sans mièvrerie...


S'engager dans le soin des chauves-souris, implique comme dans toute démarche similaire, de bien connaître l'ampleur et la difficulté de la tâche.


Comme me le souligne Laurent, on ne fait pas de miracle, et donc pas de chirurgie fine.  On accompagne une volonté de vivre, dont les signes seront clairement perçus de jour en jour. Comme par exemple : au cours de l'entretien, un léger mais vif tambourinement s'est fait entendre dans la boite de la Sérotine commune (Eptesicus serotinus) :  "T'as entendu ? ça c'est bon signe ! je ne sais pas pourquoi mais de temps à autres, les chiro en forme, frappent rapidement avec les avant-bras, contre la paroi" ; J'apprends de même que les chauves-souris ronronnent, comme les chats !

Autre point important, et non sans une certaine analogie avec les chirurgiens de la Grande Guerre, l'énergie du soigneur se focalisera sur les animaux qui ont des chances de s'en sortir ; il faudra savoir éliminer les autres, même si cela reste toujours traumatisant.  

Miam ! les bons vers...


Par ailleurs, Il faut savoir qu'un repas pour une chauve-souris qui ne se nourrit pas seule, peut durer 1h1/2, et il ne faut pas lâcher !


Ce savoir ne s'improvise pas, et sa pratique est soumise à l'obtention d'un certificat de capacité.

 

Vous avez trouvé une chauve-souris blessée ?

Manipulez-la le moins possible. Munissez-vous d'une paire de gants épais (genre gants de jardinage) et transférez-la  doucement dans une boite bien fermée (genre boite à chaussures) ; si vous n'avez pas de gants, vous pouvez pousser la chauve-souris vers une plaque de carton qui vous servira de ramasse-chauve-souris. Soyez délicat : l'animal est fragile. Vous pouvez placer dans la boite un petit abreuvoir (couvercle de petit pot avec un peu d'eau dedans). Placez-la au frais (cave, appentis) et prévenez au plus vite un membre du réseau chiroptère, à trouver grâce au lien suivant :


http://www.museum-bourges.net/chauve-souris-un-r%C3%A9seau-d%27aide-29.html

 

N.B. RAPPEL

La détention et le transport des animaux sauvages, qu’ils soient chassables ou protégés, vivants ou morts, sont interdits en France sans « autorisation de détention » délivrée par le préfet. Une tolérance permet cependant aux particuliers qui secourent un animal blessé, de l’acheminer rapidement vers un centre de soins.
*****
Pour en savoir plus : Découvrez l'expo "Planète Chauve-souris", au Muséum de Bourges, jusqu'au 30 septembre 2013. Toutes les infos sur http://www.museum-bourges.net/
Crédits photo : Laurent Arthur (le repas des chauves-souris); wikipedia (Le Murin de Bechstein) ; Bérénice (les boites).