Observations

Les Cécidies

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. ImprimerEmail

Croisée au détour d'une balade en forêt de Compiègne, ignorant ce que c'était, une excroissance toute perforée, rencontrée sur plusieurs tiges m'a intriguée

                                                                             

De questions en réponses aux uns et aux autres, j'ai fini par découvrir qu'il s'agissait d'une cécidie (ou galle).

Les cécidies

Les cécidies, excroissances dues à des piqûres d'insectes, sont surtout visibles aux endroits où la croissance est la plus active chez les végétaux : boutons sur le point de s'ouvrir, tiges, fleurs et feuilles. Une galle n'est pas, comme une tumeur cancéreuse, un signe de maladie, mais se forme à partir de tissus sains, riches en éléments nutritifs. Ce n'est pas la larve qui la construit, mais la plante elle-même ; dont la vigueur peut en être affectée. Les tissus qui entourent la larve sont très digestes et riches en acides aminés, sucres et lipides, ce qui favorise sa croissance.

Diastrophus rubi

Dans notre cas, il s'agit d'une galle de tige, allongée et souvent courbée, avec une paroi lisse, d'abord verte, puis rouge avant de devenir brune. De 20 mm à 100 mm de long pour 10 mm de large, cette cécidie est caractéristique de la Ronce (Rubus sp.) et est provoquée par la toute petite guêpe gallicole : Diastrophus rubi. Elle contient de nombreuses larves

 

de couleur blanc orangé, qui ont chacune leur petite alvéole.

 

Cycle de la galle

Le développement de la galle débute au printemps après la ponte de l'insecte dans les tiges encore tendres de la Ronce ; les régions attaquées se gonflent et parfois se recourbent. La gale atteint sa taille définitive en octobre. L'insecte y effectue la totalité de son développement et en sort au printemps suivant où le cycle recommence. Les vieilles galles abandonnées, telles celles que j'ai observées

 

 

deviennent très dures et persistent longtemps sur les tiges. Les petits orifices correspondent aux trous de sortie de chacune des alvéoles.

Pour en savoir plus : "Les petits animaux des bois et forêts", Ed. Delachaux et Niestlé (Les guides du naturalistes)